Genève, salons horlogers: les ‘autres’ marques interdites de Palexpo? Et si la raison était juridique?

 Genève, salons horlogers: les ‘autres’ marques interdites de Palexpo? Et si la raison était juridique?

Le 7 mai 2020, sur mon profil Linkedin, la bombe était publiée. Il aura fallu qu’un été confiné s’écoule avant qu’elle n’explose en pleine rentrée, sur la RTS et à la une du Temps. Article charnière, à relire, qui s’inscrit dans l’ADN et la mission de JSH Magazine pour le secteur, puisque ce média fut pendant plus de 50 ans l’organe officiel de la Foire de Bâle.

 

Par Joël A. Grandjean | Rédacteur en Chef JSH® Magazine & Swiss Watch Passport

 

{le 07 mai 2020} Baselworld jette l’éponge, ça vient de tomber. Mais qu’est-ce qui empêche Genève et Palexpo de brandir simplement un panneau ‘bienvenue’ à l’adresse de 500 marques horlogères qui veulent exposer à Genève en avril 2021? Et si ce geste fort tardait à venir pour raisons juridiques?

 

Traumatique: Rolex et Patek claque la porte de Bâle
En annonçant le 14 avril 2020 leur venue à Genève, Rolex-Tudor et Patek Philippe, rejoints par deux autres indépendants, Chanel et Chopard, ont non seulement fait vaciller Baselworld, mais ont bousculé un équilibre genevois de près d’un quart de siècle. A savoir que Palexpo n’aura plus qu’un seul ‘locataire horloger’ dans ses murs, mais deux. Deux salons de marques seront désormais aux mêmes dates dans des surfaces qui appartiennent au canton via sa participation de 80% dans Palexpo. Qu’est-ce qui coince alors pour que les halles de ce complexe ne soient pas grandes ouvertes à tous les autres acteurs, indépendants grands ou petits, ou groupes plus modestes?

 

Oups, la clause de non-concurrence à laquelle personne ne pense!
Dans un contrat, une telle clause est totalement légale, normale, et même vivement recommandable. Par quelle étourderie coupable, la FHH, Fondation de la Haute Horlogerie et organisatrice de Watches & Wonders (ex-SIHH), principal locataire durant plus de 20 ans de Palexpo en matière de salon de marques, aurait-elle pu omettre de la faire figurer dans son contrat comme garantie que son bailleur ne cédera pas à la tentation de louer ses espaces à d’autres marques ou organisateurs horlogers? Sauf que, face à la crise qui fait encore rage et met à terre l’un des secteurs fleurons de l’économie suisse, l’existence d’une telle clause semble aujourd’hui indéfendable d’un point de vue sectoriel. En d’autres termes, si c’est tout à fait légal, est-ce pour autant moral?

 

Face à la crise qui fait encore rage et met à terre l’un des secteurs fleurons de l’économie suisse, l’existence d’une telle clause semble aujourd’hui indéfendable d’un point de vue sectoriel.

 

C’est un ami hors horlogerie, coutumier du business des salons, qui me met sur la voie: ce genre de clause est fréquent en affaires et le monde des salons n’y échappe pas. Facile à comprendre: vous êtes boulanger, vous louez une arcade dans un nouveau complexe immobilier et, naturellement, vous exigez par contrat qu’il n’y ait pas d’autre locataire boulanger. C’est légitime de le demander et, si le bailleur accepte, cela devient une condition légale. En irait-il de même au monde des expositions horlogères à Genève?

 

Rolex faisant ‘allégeance’ au groupe Richemont? Soyons sérieux!
Le blocage actuel de la situation pourrait donc être d’ordre juridique. Plusieurs indices parlent en faveur de cette hypothèse. Le premier émane du communiqué de presse même de Rolex et de ses quatre nouveaux co-exposants. Il mentionne «avec la collaboration de la FHH». Et il est co-signé Jérôme Lambert, directeur général du Groupe Richemont. Mais pour quelle autre raison qu’une raison juridique, le géant des géants horlogers Rolex, qui plus est accompagné de la prestigieuse Patek Philippe, aurait-il fait ‘allégeance’ au groupe Richemont qui, chacun le sait dans le secteur, reste aux commandes de la FHH?

baselworld 2019; impression; hall 1.0; rolex; booth

L’autre indice se trouve au détour d’une interview de Pierre Maudet dans le Matin Dimanche. A la question de mon confrère Ivan Radja, «Palexpo appartient à 80% au Canton. Quelle est votre marge de manœuvre?», le nouveau ‘Monsieur Horlogerie’ de Suisse, puisqu’il est Conseiller d’Etat en charge du Développement Economique de Genève, répond: «Le canton n’assure pas la gestion de Palexpo. Mais je suis toujours en discussion avec le patron du groupe Richemont… (…).» Se pourrait-il que le conseiller d’état ajoute aux politesses d’usage, le respect d’une manière de procéder dictée par cette probable clause?

 

EPHJ et GemGenève, deux salons qui refusent déjà les marques horlogères
Enfin, le troisième indice relève de l’observation. L’EPHJ et GemGenève, deux autres ‘locataires’ de Palexpo ont une particularité en commun: parmi leurs plus de 1000 exposants, il n’y a aucune marque horlogère. Seuls cotraitants ou producteurs sont acceptés. Une réalité qui prêche en faveur de l’existence d’une telle clause puisque leur présence en ces mêmes murs ne peut donc pas tomber sous le coup d’une quelconque clause de non-concurrence.

Le secteur horloger et Genève pris en otage?
Toujours selon le Matin Dimanche, le patron du groupe Richemont a toujours eu «l’intention de faire un salon « in » (ndlr, à Palexpo) et un salon « out » en ville.» Autrement dit, et pardonnez-moi si je lis entre les lignes, «il n’est pas question pour lui d’ouvrir Palexpo à d’autres». Soit! Mais en quoi, sans un contrat qui lui en donnerait la légitimité, son avis pourrait-il prévaloir sur le désir pressant de plus de 500 acteurs d’un même secteur? Qui ne veulent qu’une seule chose, exposer là où ça se passe, c’est à dire pas trop loin de Rolex et du Watches & Wonders (FHH). D’autant que ces ‘autres’ acteurs, grands ou petits, se voient privés de toute alternative bâloise puisque, la nouvelle vient de tomber le 7 mai 2020, Baselworld n’aura plus lieu. Si Richemont compte bien au nombre des voix qui comptent, quid des groupes LVMH et Swatch, quid de tous les autres acteurs?

 

Une ligue A a-t-elle du sens sans ligue B, la haute-couture peut-elle vivre sans le prêt-à-porter? Genève se voit prisonnière malgré elle d’un concept qui a vécu. Celui d’une haute-horlogerie qui oublie d’englober l’excellence industrielle qui représente pourtant la majorité des productions dans ce pays. A commencer par Rolex qui produit des montres à moins de CHF 10’000.00 et qui, au travers de la marque Tudor, parvient à occuper qualitativement un segment entrée de gamme du swiss made.

 

Légal, mais pas moral: si clause il y a, Richemont devrait céder
L’hypothèse de cette clause offre un éclairage plausible sur le blocage actuel et le fait qu’à chaque demande, on botte en touche ou on invoque des négociations avec le groupe Richemont. Car en supposant que Rolex et ses quatre indépendants aient pu bénéficier d’une exception, pourquoi ne pas rêver d’une deuxième, troisième et même de 500 autres exceptions? Même si nul ne peut prévoir combien d’espace occuperont les deux salons, Palexpo a probablement encore de la place et il serait indécent, au nom de la légalité, de refuser à cette structure cantonale qui vient de prendre un bouillon incroyable en raison des annulations d’origine pandémique, de ne pas pouvoir ouvrir son offre à d’autres ‘locataires’.

 

Palexpo a probablement encore de la place et il serait indécent, au nom de la légalité, de refuser à cette structure cantonale qui vient de prendre le bouillon pour cause d’annulations en série, d’ouvrir son offre à d’autres ‘locataires’

 

Face à tous ces acteurs d’une horlogerie qui aspire à se relever après la catastrophe économique qu’elle vient d’essuyer, face aux probables dégâts d’image pour Genève occasionnés par une presse qui parle déjà Outre-Sarine de Mafia genevoise ou de cartellisation, il y aurait une certaine arrogance à ne pas laisser Pierre Maudet et son département du Développement Economique avoir les coudées franches. Et pouvoir enfin brandir à l’adresse de toute l’horlogerie, un chaleureux Welcome, Bienvenue! Tous auraient à y gagner, tous ceux qui trempent leurs racines existentielles dans la richesse d’un tissu global, Richemont compris.

 

©Genevaworld by JSH® Magazine. Genève le 07 mai 2020.

 

 

✍ Joel A. Grandjean

✍ Joel A. Grandjean

Editor in chief & publisher of Swiss Watch Passport and JSH 1876 Magazine. Member of impressum, this Swiss native from Ivory Coast and descendant of a family of watchmakers co-founded at Ringier in 1993 with Kenan Tegin the magazines Montres Passion & Uhren Welt as well as the Watch of the Year Award. Created in 2005, his press agency TàG Press +41, writes for about twenty media. Some of them entrust him with their editors-in-chief: Journal Suisse d'Horlogerie (2008-2014), Heure Suisse/Schweiz and Année Horlogère, F/D/E (2011-2014), Watchonista.com (2013-2019). In 2019, he relaunches JSH Magazine and then, in 2021, builds on his very first editorial venture, the bloghorloger.ch founded in 2003, to come back online with the Swiss Watch Passport. Joel Grandjean is a member of the SSC, the Swiss Chronometry Society, and of the jury of the Prix Gaïa (MIH)