10H10RP News

Musée International d’Horlogerie: exposition ‘Éclat de verre’

Temps de lecture : 4 minutes

En 2022, Année internationale du verre et jubilé de l’École d’arts appliqués de La Chaux-de-Fonds, le MIH présente, du 1er mai au 6 novembre, l’exposition ‘Éclat de verre’, mettant en lumière l’art de l’émail dans ses plus hauts niveaux de maîtrise. Grâce au prêt de nombreuses institutions publiques et privées, plus de 150 objets parmi les plus somptueux jamais réalisés en émail cohabitant avec la collection d’étude de l’École sont réunis dans cette exposition exceptionnelle qui interroge les modalités d’apprentissage et de transmission des savoir-faire. L’exposition a été inaugurée publiquement ce samedi 30 avril à 17h au MIH et demeurera visible jusqu’au 6 novembre 2022. Elle est accompagnée d’un ouvrage de synthèse et d’un programme d’activités et de rencontres avec des artisans.

Une sélection de Ashmita Muthoora / @TRP, Public Relations Cabinet
Insta | Linkedin | Facebook

Une exposition grandiose dédiée à l’art de l’émaillage.

Éclat de verre: la maîtrise de l’émail

Qu’il soit cloisonné, champlevé, peint, opaque, transparent ou opalescent, l’émail fascine depuis des siècles. Sous l’apparente simplicité de sa composition – du verre et des oxydes métalliques – se cache toute l’adresse des émailleuses et des émailleurs qui doivent en maîtriser la préparation, l’application et la cuisson au four. Aujourd’hui encore, la décoration d’une montre avec de l’émail s’apparente à de l’alchimie et conserve ses parts de secrets.

Adamson, vers 1680_MIH_I-1116_1 eclat de verre

À l’occasion des 150 ans de l’École d’arts appliqués de La Chaux-de-Fonds et en cette Année Internationale du Verre proclamée par les Nations Unies, Éclat de verre présente les techniques ancestrales de l’émail appliquées à la décoration horlogère. Dans la directe continuité de Transmissions. L’immatériel photographié consacrée aux savoir-faire mécaniques, l’exposition met en lumière l’art de l’émail sous ses plus hauts atours grâce au prêt de nombreuses institutions publiques et privées, tout en soulignant les enjeux passés et actuels de la formation des émailleuses et des émailleurs au travers de la riche collection d’arts industriels de l’École.

Vitrine 150 ans EAA_MIH V. Savanyu jpeg

L’état de l’art, entre synthèse et perspectives d’avenir

Éclat de verre confronte les chefs-d’oeuvre réalisés par les artisans à leurs commanditaires, la simplicité de la matière à la grande complexité de sa maîtrise, et l’attrait actuel des objets horlogers émaillés à l’absence de filière d’apprentissage bien établie. L’exposition, trilingue (français, allemand, anglais) s’articule en quatre chapitres principaux.

Humble prestige

La décoration est un élément constitutif des pièces horlogères dès leur avènement. Le sertissage, la gravure et l’émaillage enrichissent d’autant les garde-temps qui étaient considérés comme des biens témoignant de la richesse de leur propriétaire. La scénographie de ce premier espace souligne la dichotomie entre les clients de ce type d’objets positionnels, les « puissants » et les artisans qui les produisent, qui passent souvent pour des êtres humbles et modestes et qui demeurent, à quelques exceptions près, dans l’ombre de leurs commanditaires, voire des horlogers pour lesquels ils travaillent. Cette partie présente les chefs-d’oeuvre historiques remarquables pour le niveau de maîtrise des techniques de l’émail qui les composent et pour leur excellent état de conservation.

Humble prestige II_MIH V. Savanyu (1) jpeg

Passage au four

L’émail est constitué de verre et de colorants sous forme d’oxydes métalliques. L’apparente simplicité de cette matière implique néanmoins une grande complexité dans sa maîtrise. Cette partie dédiée à la technique de l’émaillage présente les matières premières, la nécessité de la maîtrise du geste et de la sensibilité de l’artisan dans plusieurs étapes préparatoires de l’émail, les nombreuses occasion d’échec dans la réalisation d’une pièce, en particulier lors des passages successifs au four. Elle offre au public une lecture didactique des nombreuses étapes de fabrication par la présentation d’objets à différentes phases de travail. Ici, le visiteur s’essaie au broyage de l’émail dans un mortier en agate et compose son décor en appliquant (numériquement) les couleurs de son choix sur des modèles de boîtes de montres du début du 20e siècle.

Section Passage au four_MIH V. Savanyu jpeg

Techniques d’émaillage

Cette section présente de manière didactique les principales techniques d’émaillage qui ont été développées au fil des siècles. Le propos vise à permettre au visiteur de comprendre la terminologie et les spécificités des différentes manières d’appliquer de l’émail sur une pièce horlogère (émail champlevé, émail cloisonné, émail translucide sur guilloché, émail paillonné, peinture miniature) et de pouvoir les reconnaître.

Section techniques d'émaillage II_MIH V. Savanyu jpeg

Espaces de transmission

Le dernier volet met en évidence les processus d’apprentissage et l’importance du caractère exploratoire et continu de la formation des émailleuses et des émailleurs. La création de l’École d’arts émane des patrons graveurs en mal d’ouvriers qualifiés dans le décor de la boîte de montre. Cette section d’exposition révèle les stratégies employées par les artisans dans le but de maintenir un certain secret de fabrication sur les recettes des émaux comme l’importance et la persistance du compagnonnage dans le processus de formation. Elle présente les éléments d’inspiration des créations d’hier et d’aujourd’hui et des travaux d’étudiants. Elle souligne le paradoxe entre la survalorisation actuelle d’objets émaillés et l’absence de filières d’apprentissage bien établies. Quatre portraits d’émailleuses et d’émailleurs indépendants filmés dans leur environnement de travail par l’ethnologue et réalisatrice Sélima Chibout sont projetés au coeur de cet espace.

Section Espaces de transmission_MIH V. Savanyu jpeg

Plus de 150 objets d’horizons divers

En présentant au public plus de 150 objets et documents provenant de diverses collections de référence, l’exposition constitue une rare opportunité d’admirer d’un seul tenant des oeuvres très rarement présentées au public. De part et d’autre de la colonne vertébrale de l’exposition constituée des collections du MIH et de celles, souvent inédites, de l’École d’arts appliqués, viennent s’ajouter des pièces majeures et emblématiques de l’art de l’émaillage conservées auprès d’autres institutions publiques. Plusieurs chef-d’oeuvre de peinture miniature et de bijoux émaillés sont issus des collections du Musée d’art et d’histoire de Genève alors que le Musée d’horlogerie du Locle – Château des Monts prête, entre autres, son célèbre Miroir à oiseau chanteur (Frères Rochat). Bon nombre d’institutions privées réputées ont aussi été sollicitées : Collection Cartier, Collection Edouard et Maurice Sandoz, Patek Philippe Museum Genève, de même que des entreprises (Cartier, Chopard, Hermès, Manufacture Jaeger-LeCoultre, Patek Philippe), des indépendantes (Anita Porchet, Debora Martinez) ou des jeunes en formation (Campus Richemont).

Une publication trilingue (français, allemand, anglais) voit le jour en guise de synthèse à l’exposition. L’ouvrage d’une centaine de pages illustrées paraît aux Éditions Livreo-Alphil, dans la collection Trésors des musées. Rédigé par l’historienne d’art Estelle Niklès van Osselt, il se focalise sur les collections émaillées du MIH et celles de l’École d’arts appliqués à travers la reproduction de plus de cinquante objets et documents.

L’exposition s’accompagne d’un programme de médiation qui fait la part belle à l’initiation à l’émail et à la rencontre d’artisans.

Articles récents

Le cadran, par le Dr. Helmut CROTT

Livre Le Cadran Dr. Helmut Crott - Rédaction Joël A. Grandjean

L’oeuvre d’une vie, l’ouvrage « Le Cadran » par le Dr. Helmut Crott (rédaction Joël A. Grandjean), l’histoire du cadran au 20ème siècle, l’histoire prestigieuse des cadrans Stern et d’une famille qui racheta la marque Patek Philippe

Top catégories

JSH

La une du JSH 2020 #1
Menu