Vu à la Télé? Yvan Arpa prié de se taire…

 Vu à la Télé? Yvan Arpa prié de se taire…

Titanic DNA, une collection Romain Jerome inventée par Yvan Arpa, contenant de l’acier du Titanic

(25 septembre 2012). Peut-on retirer le droit de parole à un créateur? Un créateur, eût-il été dégagé de la société pour laquelle il avait été engagé pour créer, peut-il être désolidarisé de sa création, lorsque l’actualité s’apprête à lui prêter la parole, à lui tendre le micro au travers d’une émission spéciale préparée pour France 3 par France Télévision et son délégué Vincent Perazio?

Yvan Arpa, fondateur d’ArtyA, ex-CEO de Romain Jerome, créateur de la Titanic-DNA Collection. Photos Lausanne 08.03 2007 – Romain Jérôme Genève. ©Chris Blaser.

Flash-back. Lorsque Alain Bajulaz fondateur de la marque Romain Jerome (comme l’attestent le prénom de ses deux enfants), fait appel à Yvan Arpa, c’est pour lui confier une sacrée mission: éviter à sa marque de couler, comme… comme un vulgaire Titanic (je sais, c’est un peu facile). Et surtout, éviter que son bailleur de fonds fraîchement dégoté, son Altesse le Prince Fahd Al Saoud, ne soit dégoûté par trop d’investissements à fonds perdus. Avant l’arrivée du trublion Arpa, le Simon Templar de l’horlogerie, la marque était moribonde, comprenez qu’elle avait énormément investi et n’avait encore rien vendu. C’était l’heure d’une montre de golf qui, malgré son indéniable intérêt, n’a eu d’autre trajectoire que celle d’éveiller l’appétit d’un actionnaire blindé. La suite, on la connaît. Quel beau raccourci: Yvan Arpa, nommé CEO, s’en va chercher l’ennemi public numéro 1 de l’industrie horlogère, la rouille, afin de l’introduire dans l’ultra luxe, par la porte de la déjante et de l’insolite. Et pas n’importe quelle rouille. Celle du Titanic, dont France 3 célébrait les 100 ans du naufrage. Une collection de garde-temps qui a permis à la marque, en quelques coups de cuillère à pots, d’accéder à une notoriété mondiale et aux succès commerciaux qui vont avec. A l’heure où l’ensemble des procédures judiciaires engagées par la marque Romain Jerome contre Yvan Arpa suite à son éviction musclée le 6 juin 2009 ont été perdues ‘“il y en a eu une trentaine’“, la lettre que le bloghorloger.ch s’était procurée s’apparente à un SAV de la mauvaise foi. En effet, viendrait-il à l’idée d’Audemars Piguet de gommer de son histoire Gérald Genta, créateur de la Royal Oak? Parler ou se taire? Là est la question, d’autant qu’Yvan Arpa est toujours actionnaire de Romain Jerome… Cette lettre tombée du camion démontre une fois de plus, dans cette histoire, que les grands gagnants furent les avocats des deux parties.

✍ Joel A. Grandjean

✍ Joel A. Grandjean

Editor in chief & publisher of Swiss Watch Passport and JSH 1876 Magazine. Member of impressum, this Swiss native from Ivory Coast and descendant of a family of watchmakers co-founded at Ringier in 1993 with Kenan Tegin the magazines Montres Passion & Uhren Welt as well as the Watch of the Year Award. Created in 2005, his press agency TàG Press +41, writes for about twenty media. Some of them entrust him with their editors-in-chief: Journal Suisse d'Horlogerie (2008-2014), Heure Suisse/Schweiz and Année Horlogère, F/D/E (2011-2014), Watchonista.com (2013-2019). In 2019, he relaunches JSH Magazine and then, in 2021, builds on his very first editorial venture, the bloghorloger.ch founded in 2003, to come back online with the Swiss Watch Passport. Joel Grandjean is a member of the SSC, the Swiss Chronometry Society, and of the jury of the Prix Gaïa (MIH)