10H10ECOPEOPLE & EVENTSToPWHO IS W

Nicolas Commergnat, l’horloger visionnaire: alliance Histoire horlogère et big data

Temps de lecture : 3 minutes

L’œil toujours braqué sur les puces, le pied dans la blockchain, tandis que ses doigts d’or manipulent les pièces stars des ventes aux enchères mondiales, son ultra scanner génère la plus précieuse des bases de données.

Emmanuel Alder / TàG Press +41 (News Agency)
Lire en version imprimée dans le JSH Magazine #01/2021S’abonner

Les experts du monde consultent Alliance Sàrl car son fondateur est le seul horloger au monde à se trouver à la fois au carrefour du passé et de l’horlogerie 4.0, tout en disposant d’une expertise laboratoire et d’analyse. Nicolas Commergnat ajoute une dimension scientifique aux expertises issues de bases de données empiriques d’images et d’informations de vente, voire de ressentis.

L'horloger Nicolas Commergnat dans les salons de ventes aux enchères Phillips.

De l’établi au cryptage hyper-sécurisé
Issu de l’horlogerie de restauration, ce pilier du SAV mondial et de la formation, disciple de l’horloger Sven Andersen, recueille chaque année sur ses établis genevois, des centaines de montres promises aux enchères. Dont les plus mythiques, celles qui tiennent le haut du pavé et que lui confie Aurel Bacs, fondateur président de Bacs & Russo, commissaire-priseur dont les harangues charismatiques célèbres ont propulsé la maison Phillips au premier rang. Sa mission est claire: «Chercher le meilleur absolu pour que la montre ne soit en aucun cas rabaissée en matière de valeur et d’esthétique», souffle-t-il, timide, presqu’étonné qu’on puisse le mettre en lumière. Car, sous sa modeste blouse d’horloger rhabilleur qui arpente régulièrement les salons feutrés des ventes, Nicolas Commergnat est aussi une figure respectée des étals puciers, des brocantes ou des bourses horlogères…

De l’autre côté, en amont et en aval des coups de marteau qui agitent les médias planétaires par leurs records vertigineux, il alimente en données d’expertise et de préservation, une base d’informations patrimoniales patiemment récoltées puis rigoureusement ancrées dans la blockchain. Là, dans cet espace auto-sécurisé, sont à jamais figées les caractéristiques identitaires de ces garde-temps si recherchés.

Les pièces mythiques révèlent tout
Appelé à en assurer la maintenance et l’état de marche, Nicolas Commergnat est donc régulièrement en contact avec les pièces les plus recherchées au monde. L’ancien professeur d’horlogerie à l’ifage, fidèle à ses idéaux de transmission du savoir, est avant tout un passionné. Fasciné par les fondamentaux de l’horlogerie, il casse sa tirelire et acquiert une incroyable machine, une sorte de microscope 3D qui scanne ces raretés qu’on lui confie pour qu’il les répare ou les bichonne. Il sait qu’il ne les reverra sans doute jamais puisque de telles pièces, surgies soudain à la lumière d’un héritage, disparaissent à nouveau pour plusieurs décennies voire définitivement.

Une empreinte visuelle d'un garde-temps qui permet de l'authentifier

Dès lors, Nicolas Commergnat capture méthodiquement chaque montre et chaque composant horloger clef… Numérisation, référencement… L’œil technologique r urpuissant de son scanner 3D high-tech, calcule jusqu’à l’épaisseur de la matière luminescente qui recouvre une aiguille, la profondeur d’un sillon de gravure. Il fournit au passage l’indice de planéité des surfaces et même leur densité. Du coup, ses images en ultra-résolution renseignent sur la provenance du matériau, les modes d’usinage et, par déduction, les lieux de fabrication et la datation réelle.

Croisées, ces milliers d’informations permettent de reproduire, dans le respect des pratiques d’alors, un composant d’origine introuvable voire de reconstituer un plan précis de fabrication, voire même les tracés d’un guillochage. Nicolas Commergnat fait aussi partie d’un réseau international peuplé d’acteurs fournituristes et de passionnés.

Keyence VHX 6000, microscope numérique ultra précis, génère des données que Nicolas Commergnat implémente dans la blockchain. 3'000 images par scan qui, assemblées, produisent une vue complète dont il peut extraire un motif de guillochage ou même recréer un fichier STEP.

Absolue certification, les débouchés
Soudain, la démarche de pure passion génère son lot d’opportunités. En ultime expert qu’il est, Nicolas Commergnat est le seul à pouvoir authentifier l’ADN des garde-temps historiques, objets si convoités, à valider ou à infirmer leurs descriptions, délivrer leur carte d’identité première. Le seul aussi à systématiquement tout enregistrer dans le marbre de la blockchain. Lorsqu’il ajoute le détail zoomé d’une image globale au rapport d’expertise ou à la documentation des montres qu’il répare ou entretient, il délivre un passeport visuel inviolable, une garantie absolue d’authenticité. En effet, aucune autre montre, neuve ou ancienne, fut-elle d’une même série ou année, ne peut présenter la même conjonction de particularités.

Sa base constituée de profils 3D et de clefs de codage inviolables, Nicolas Commergnat l’enrichit d’environ 500 pièces par année. Pour des garde-temps composés de plusieurs centaines de microcomposants, cela représente des milliers d’heures passées. Ça intéresse les assurances, ceux qui pourchassent les contrefacteurs et les escrocs, les historiens, les puristes aussi…

Articles récents

Le cadran, par le Dr. Helmut CROTT

Livre Le Cadran Dr. Helmut Crott - Rédaction Joël A. Grandjean

L’oeuvre d’une vie, l’ouvrage « Le Cadran » par le Dr. Helmut Crott (rédaction Joël A. Grandjean), l’histoire du cadran au 20ème siècle, l’histoire prestigieuse des cadrans Stern et d’une famille qui racheta la marque Patek Philippe

Top catégories

JSH

La une du JSH 2020 #1
Menu